logo

"Réflexions pour sortir de la
Vème RIPOUblique..."

(avis :  pour des raisons d'urgence et de réactivité, cette page est éditée sous la pleine et entière responsabilité du président et n'engage pas la responsabilité des membres ou du bureau de l'association)
Cette page n'est pas notre page d'accueil...
Vous pouvez donc retrouver nos sujets habituels   ici
et notre page spéciale "Covid19"   ici
.

C'est la faiblesse des gens honnêtes qui fait la force des escrocs et sataniques.
(multiples auteurs et tournures)

Analyse sans détours...

de notre soumission... (03/05/2020)

Quelles solutions ???
Un coup d'Etat légal ??


(mise à jour du 15/05) - En fait il faudrait utiliser nos Conseillers prud'homme comme un "Conseil Constitutionnel" ou un "Conseil d'Etat" du peuple... puisqu'on les a élus aussi, alors que les autres sont nommés par leurs copains-coquins qui nous trahissent et nous rackettent depuis 50 ans...  Alors, on y réfléchit sérieusement.??

(préliminaire : "satanique" n'est pas une insulte, mais un adjectif signifiant "qui semble inspiré par l'esprit du mal, diabolique, pervers" et "meRdia" nous semble le meilleur qualificatif pour distinguer des quelques organismes d'information honnêtes ceux qui mentent délibérément dans les 3/4 de leurs articles ou émissions).

1. L'analyse :  Ne revenons pas sur l'ensemble des reproches que nous devons faire à nos gouvernants sur l'ensemble de cette crise sociale et politique que constitue l'épidémie de Covid19.  Nous avons tous lu, vu, entendu, des centaines (milliers !) de témoignages, vidéos, articles, listant jour après jour et heure après heure, les mensonges, forfaitures et trahisons de nos dirigeants.  Dans le monde "réel" quiconque aurait commis le centième de ces crimes (ici, contre le pays et ses citoyens) aurait été immédiatement démis de ses fonctions, mis en garde à vue, et interdit d'emploi public ou administratif.
Mais nous avons été efficacement si bien "servo-lavés" depuis 50 ans que nous ne sommes plus capables d'oser seulement qualifier les actes et paroles de nos dirigeants, de leur appliquer le mépris qu'ils méritent, et de les accuser avec les termes et arguments qui sont évidemment légitimes en pareil cas.  Aucun commentateur, aussi "opposant" qu'il soit à cet état de choses, n'échappe à la soumission-paralysie lorsqu'il s'agit de chercher une solution pour sortir de cette "haute trahison généralisée".  Même les Zemmour ou Bercoff s'arrêtent avant le "lèse-majesté", ne parlons pas d'un Bilger qui va jusqu'à "ne pas supporter que l'on doute du pouvoir". Aucun élu d'opposition n'est plus efficace...
La question est donc aujourd'hui sans réponse :  que peut-on faire pour sortir de cette situation ? Nous ne sommes pas adeptes d'une "révolution de rue" (dont l'histoire ne donne aucun exemple de résultat satisfaisant), ni d'un "coup d'état militaire" (encore bien faudrait-il que ceux d'aujourd'hui en aient le courage !  ou ne soient pas inféodés au pouvoir satanique qui les nomme...).  Et notre institution judiciaire, dans sa forme actuelle, choisit visiblement les plaintes qu'elle accepte d'instruire rapidement et pas impartialement (Fillon/8jours/action immédiate, vs Ferrand/3ans/rien, la comparaison est facile !).  Elle ne nous garantit donc aucun traitement rapide de nos plaintes contre ces élus sataniques, d'où l'idée qui nous est venue de ce qui pourrait constituer un véritable "coup d'état légal".  LA question posée dans cette proposition est évidemment celle de la représentativité et donc de la possible "légitimité" des acteurs de ce coup d'état, dont la procédure n'a jamais été prévue par nos lois en vigueur.  Le régime s'auto-protège efficacement...

2. La solution possible :  Nous les avons trouvés !!! (les acteurs).  Il s'agit des 4.200 élus que sont les Conseillers Prud'hommes (210 conseils, de 5 sections, de 4 élus).  Vous lisez bien :  là où actuellement 300 députés godillots (voire mis en examen comme leur Président Ferrand, qui ose même inverser les résultats de votes !), quelquefois réduits à une minable cinquantaine en séance, nous imposent une rafale de lois liberticides et criminelles, nous pourrions demander à 4.200 représentants élus de la population de nous représenter, d'examiner nos accusations contre le pouvoir en place, et de mettre celui-ci en demeure de respecter nos demandes et la "démocratie", sous peine d'une mise en accusation immédiate pour "haute trahison et crimes d'état" devant la Cour de Justice de la République, et/ou devant toute nouvelle juridiction créée à cet effet si nécessaire (si cette institution purement "fantoche" refuse de jouer son rôle).
Ce serait en quelque sorte une mise en application instantanée du fameux "RIC" (ou RIP) que les gilets jaunes et une majorité de citoyens réclament à cor et à cri (et qu'on n'est pas près de leur accorder !).  Et si une vraie majorité (des 3/4 par exemple) de ces élus-citoyens acceptait une proposition, la légitimité de cette demande serait indiscutable. Rappelons que ces élus "bénévoles" ont à cœur de s'occuper des intérêts de la population (dans le monde du travail) et que leur motivation est donc infiniment plus honnête et respectable, par principe, que celle des nombreux prostituliticiens qui ont fait de la politique leur gagne-pain, dans leur meilleur intérêt personnel, et contre les intérêts du pays et des citoyens.

3. La procédure envisageable :  Les citoyens, par le biais d'associations et collectifs locaux (à l'exclusion de tout organe actuellement en place :  parti politique ou syndicat), soumettent des réclamations à l'ensemble des Conseils Prud’hommes (sur n'importe quel sujet contesté).  Cela ne fait que 210 courriers (2 par département), donc rien d'insurmontable !!  Si les Conseillers rendent un avis favorable, avec une majorité des 3/4 par exemple, ces propositions prennent force de loi et s'imposent de droit au gouvernement et aux assemblées (députés et sénateurs).  Si ceux-ci ne mettent pas en œuvre sous 48h les décrets nécessaires à leur application provisoire, une plainte est déposée en Cour de Justice de la République contre l'ensemble des élus et Administratifs concernés.

Quelques exemples de demandes précises, envisageables pour nous libérer immédiatement du totalitarisme et du racket mafieux (étant entendu qu'il est plus facile d'intervenir d'abord sur les questions "simples" et que les problèmes de /budgets des hôpitaux, /salaires des soignants, /rémunérations des élus, /prise en compte du vote blanc, /etc... et toutes autres questions "essentielles et de fond" devront être traitées par d'autres voies….).  Mais on pourrait très vite obtenir :
-l'abolition de l'attestation de déplacement inutile (et de toutes les verbalisations abusives venues de ce chef),
-l'autorisation (naturelle !) à chaque médecin de soigner ses patients sans intervention du pouvoir politique,
-l'autorisation de circuler immédiate, y compris à vélo, et en respectant les règles de sécurité, dans tous les espaces libres et naturels (plages, campagne, forêts, allées vertes...),
-l'autorisation immédiate de reprise des activités sportives individuelles ou "sans contact" (jogging, marche, randonnée, course, golf, tennis, voile, surf, canoë/kayak, etc.),
-la réouverture autorisée des commerces à la libre appréciation de chaque exploitant avec respect des règles de sécurité en cours (aucun citoyen inquiet n'est obligé de s'y rendre!),
-la mise en place d'une tolérance immédiate de 15km/h sur toutes les "limitations de vitesse" actuellement en place,
-la suppression immédiate du report indéfini des retraits de points qui doivent avoir une durée fixe et limitée,
-la réduction provisoire et immédiate de 30 % des indemnités d'élus nationaux, dans l'attente de la réforme légale de leurs conditions de dédommagement (ce ne sont pas des "salaires"),
-etc...
il y en aura évidemment quelques centaines d'autres à venir très vite...

et nous voilà brutalement de retour en "vraie" DEMOCRATIE...

RESISTANCE et légitime défense citoyenne !!!...


pas voyous mais soumis ! ! !  #AveuglesSoumis

ignorance indifference