Exemples d'actualités récentes

qui font réfléchir...

11/01/17
Voici un exemple récent des "dégâts collatéraux" qui peuvent être induits par la politique de "dé-responsabilisation" dont on nous matraque depuis 50 ans.
Les irresponsables qui nous gouvernent ont amené (avec insistance) les piétons à penser qu'ils sont des "usagers privilégiés" du réseau routier et qu'ils y sont systématiquement protégés, les automobilistes leur "devant impérativement toute priorité".  Outre que ceci est une ineptie dans une philosophie de partage de la route à laquelle nous adhérons totalement (pourquoi certains usagers seraient-ils "plus prioritaires" que d'autres ?), c'est également aberrant en termes d'organisation des comportements :  si un véhicule seul se présente quand j'envisage de traverser une rue, il me semble parfaitement normal (et "intelligent" ?) de ne pas lui imposer un arrêt inutile et très négatif en terme de pollution (freinage, redémarrage, surconsommation), et de traverser derrière lui.  Lorsque la circulation est plus dense et les véhicules plus rapprochés, il est aussi important de comprendre que ces conducteurs ont tous un temps de réaction et de freinage qui ne leur permet pas de s'arrêter "instantanément, sur place" (ainsi que ceux qui les suivent qui n'ont peut-être pas vu l'obstacle !) et qu'il est donc impératif pour la propre sécurité des piétons qu'ils se comportent "comme un feu jaune", c'est-à-dire qu'ils signalent clairement leur volonté de traverser et qu'ils vérifient ensuite, en patientant quelques secondes, qu'ils peuvent le faire en toute sécurité.  A défaut, évidemment le genre d'accident décrit ci-dessous, dans lequel la vitesse du véhicule ne semble pas en cause, mais un éventuel éblouissement dû au soleil est possible, pourra se répéter n'importe quand, ce qui est évidemment extrêmement regrettable.

extrait du journal local...
journal

Nous ne saurions suffisamment le répéter, seule la vraie responsabilisation des usagers, qui doit leur laisser une autonomie de réflexion et de décision, permettra d'éviter autant que possible des accidents aussi faciles à éviter.  Les êtres humains ne sont pas des 'robots', et, faute de l'admettre, nos gouvernants, qui préfèrent "légiférer à tour de bras", ont leur part de responsabilité dans certains drames de la route...



Ni Voyous Ni Soumis

notre page
FACEBOOK